« Appelle-moi » de Sophie McKenzie paru chez Pocket en janvier 2017

Synopsis

 

« Appelle-moi. Besoin de te parler ». C’est le dernier message de Julia à sa meilleure amie… avant d’être retrouvée morte.
Samedi soir, quand Livy reçoit le texto de Julia, elle ne trouve pas le temps de la rappeler. Mais lorsqu’elle sonne à sa porte le dimanche matin, son amie ne lui ouvre pas. Car Julia est morte. Suicide, conclut la police. Pourtant Livy connaît Julia mieux que personne. La jeune femme n’aurait jamais mis fin à ses jours. Une seule explication : elle a été assassinée, comme l’avait été la propre sœur de Livy vingt ans plus tôt… Qui a tué Julia ? Pourquoi ? C’est ce que Livy veut découvrir à tout prix. Comment imaginer que son passé, terrifiant, va la rattraper ?

 

Une autrice inconnue, une quatrième de couverture qui donne envie, allez, je me jette à l’eau ! Je ne l’ai pas regretté, elle était fort agréable.

 
Livy, mère au foyer, deux enfants, un mari qui travaille et voyage beaucoup, se rend à une soirée organisée par le patron de ce dernier. Nerveuse car elle sait que s’y trouvera l’ex-maîtresse de son mari, elle ne réagit pas aux SMS de sa meilleure amie, qui lui demande de l’appeler, et lui indique qu’elle a besoin d’elle.

 
Le lendemain, quand elle se rend chez Julia pour leur déjeuner hebdomadaire et la trouve morte, elle se sent coupable. Mais la police conclue à un suicide ; elle aurait absorbé trop de barbituriques et une lettre d’adieu trouvée sur son ordinateur clôt l’enquête. Mais Livy connaissait Julia, et ne croit pas une seconde à cette thèse : elle va se lancer à la recherche du meurtrier avec l’aide de Damian, l’amant de feu Julia…

 
Un thriller bien ficelé, à l’écriture nerveuse et incisive, qui se lit d’une traite. Les multiples rebondissements nous font douter de tout le monde, et la fin est bien amenée. Un petit régal !

 

16/20

 

 

Publicités

« Le Golem d’Hollywood » de Jonathan et Jesse Kellerman, publié chez Seuil en octobre 2015

« J’ai passé trois jours totalement immergé dans le monde créé par Jonathan et Jesse Kellerman. Voici un roman brillant, dont on tourne fiévreusement les pages, et auquel des fondations mythiques donnent une résonance particulière. Il est le fruit d’une collaboration unique qui fait mentir l’arithmétique : ici, un plus un égale beaucoup plus que deux. Ce livre m’a coupé le souffle. » Stephen King

Synopsis

« Jacob Lev, inspecteur du LAPD et fils de rabbin, est chargé par une mystérieuse section de « Projets spéciaux » d’enquêter sur la présence d’une tête, sans corps, dans une maison abandonnée de la colline d’Hollywood. Sur le plan de travail de la cuisine, le mot JUSTICE a été gravé en hébreu.Tandis qu’à Prague le Golem, créature mythique qui aurait été créée au XVIe siècle par le Maharal, semble s’être réveillé de son long sommeil…
Jacob Lev s’embarque dans un voyage bien éloigné des investigations policières habituelles, qui va le mener à Oxford et à Prague, mais aussi dans les zones obscures de son histoire familiale. »

Lectrice assidue des romans de Jesse Kellerman, je n’ai pourtant jamais accroché à ceux de son paternel – il faudra un jour que j’essaie ceux de Faye ! D’une pierre, deux coup, je m’attaque donc au roman écrit à quatre mains, en famille. Sans quatrième de couverture pour m’allécher (le fait que Stephen King l’ai aimé ne signifie pas grand chose pour moi…) j’ai attendu un peu avant de l’acheter et de le lire. Un ami bibliophage comme moi, et juif de surcroît, me l’a fortement conseillé, je me suis donc décidé.
L’histoire commence fort : une femme se fait agresser, l’homme veut la violer puis l’exécuter, comme il l’a déjà souvent fait, sauf que celle-ci est coriace, et parvient à le semer. Ce qui arrive ensuite au criminel est totalement incompréhensible et, surtout, pas le fait d’un humain…
Jacob Lev, récemment rétrogradé à la circulation car son chef n’est très certainement pas son premier fan, doit pourtant le laisser s’occuper d’un cas très particulier, dans une équipe fort spéciale. Une tête tranchée nette a été retrouvée près d’un tas de vomi, avec un mot écrit en hébreu signifiant : « Justice ». Jacob va donc aller jusqu’à Pague, entres autres, pour savoir à qui appartient cette tête, et aussi pour résoudre la vague de viols/crimes qui frappe un peu partout…
Un roman décidément inclassable ; l’on passe de l’enquête de Jacob Lev aux origines de la bible et du judaïsme – ces chapitres sont grisées – pour finalement aboutir à un lien, fantastique, tenu, mais néanmoins bien ficelé. J’ai apprécié ce roman vraiment étrange, qui m’a ouverte à la bible et au judaïsme, en alliant le plaisir d’un thriller certes un peu tarabiscoté.

14.5/20