« Zaï zaï zaï zaï » de Fabcaro, paru aux éditions 6 pieds sous terre en mai 20154

Synopsis

« Pour n’avoir pu présenter sa carte de fidélité au supermarché, un auteur de bandes dessinées est confronté à un vigile avec qui il a une altercation. Il parvient à s’enfuir et sa traque par la police provoque une réaction en chaîne: les médias s’emballent, la société se divise. »

– Sélection Prix SNCF du Polar –

Je lis assez peu de bandes dessinées, car préférant les gros pavés sans dessin afin que je puisse utiliser mon imagination pour visualiser les personnages et les situations. Mais là, je suis absolument conquise : cette BD est un petit bijou d’humour absurde et totalement burlesque. J’ai ris à chaque page tant l’histoire est à la fois capillotractée et ancrée dans la réalité dans laquelle nous vivons.

Le héros, Fabrice, illustrateur de BD, se présente donc au supermarché mais, ayant changé de pantalon, sa carte de fidélité est restée dans un autre. Il a beau se défendre, dire qu’il l’a juste oublié, son pantalon était sale, il fallait qu’il en change, un peu de compréhension ! Rien n’y fait ; le responsable du magasin reste intraitable et menace d’appeler la police pour ce crime. Fabrice décide de s’enfuir à toutes jambes, et cette affaire prend une ampleur considérable et alimente les conversations, ceux qui soutiennent Fabrice, et ceux qui veulent le clouer au piloris.

Toutes les situations, de base concrètes, virent à l’absurde le plus jubilatoire. Il y a également une critique de la société, des médias et des politiciens, que l’auteur croque et se moque avec un cynisme jouissif. Il se paie même le luxe de se payer la tête des auteurs de BD ; le final est à la hauteur du reste de la BD, une loufoquerie hilarante.

17/20

Publicités