« L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante, paru chez Folio en décembre 2015

Synopsis

« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance: elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout: et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile. »
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise.
Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.
Formidable voyage dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse. »

 

Je vais juste tenter, avec mes mots, de vous faire partager le ressenti que j’ai eu en lisant ce fabuleux roman – qui, ouf ! a encore trois tomes pour satisfaire ma gourmandise !
D’ordinaire je lis plutôt des thrillers/romans policiers, ou des romans américains, du Royaume Uni, des pays scandinaves ou de Corée. Mais cet été j’ai été à Naples et ai donc commencé à lire la vie de deux filles vivant dans cette ville lors des années cinquante, Elena la sage et Lila l’intrépide.

 
Déjà, l’écriture est parfaite, simple et bien tournée ; limpide, un plaisir de lecture. Chapeau bas à l’autrice certes, mais aussi à la traductrice !
Elena est la narratrice, elle nous fait partager ses points de vue, ses histoires, mais en grande amie de Lila, elle suit ses faits et gestes avec force admiration. Si au début, elles ne savent rien de la Comorra, des restes de la seconde Guerre Mondiale – évidemment, elles ont 6 ans – à hauteur d’enfant on suit comme si l’on y était les querelles de gamins, la complicité et la dépendance affective de nos deux héroïnes, leur vie avec leur famille et l’on apprend les codes de cette ville d’il y a 77 ans.

 
Passionnant, ébouriffant, émouvant… J’ai lu cet opus d’une traite dès que j’avais cinq minutes tant je voulais connaître la suite. le second m’attend bien au chaud, après avoir lu un thriller tout de même 😉
Un énorme coup de coeur.

 

19/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s