« La veuve » de Fiona Barton, édité chez Fleuve noir en janvier 2017

Synopsis

 

Mari idéal ou parfait assassin ? Elle devait savoir… non ?
La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire.
Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque.
Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime.
Depuis ce jour, plus rien n’a été pareil.
Jane devient la femme d’un monstre aux yeux de tous.
Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par ses amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquillité, même après un acquittement.
Mais aujourd’hui, Glen est mort. Fauché par un bus.
Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n’est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin délivrer sa version de l’histoire ?

 

Premier roman de cette autrice, ce fut la quatrième de couverture qui m’a attirée. Je ne savais pas à quoi m’attendre, et j’ai été très agréablement surprise ! Ce thriller psychologique m’a véritablement happée.

 
Glenn et Jane Taylor ont une vie sans histoire, jusqu’à ce que Glenn soit accusé d’avoir enlevé une petite fille car pédophile. Jane est une épouse soumise, femme au foyer n’ayant que très peu de contact avec le monde extérieur ; Glenn est toute sa vie, d’autant qu’elle l’a épousé très jeune. Elle va donc se tenir aux côtés de son époux durant le procès, quand bien même sont révélés ses vilains secrets. Les preuves sont trop minces, donc Glenn est acquitté ; quand bien même, son étiquette d’abuseur d’enfants restera, et Jane l’épouse du pédophile.

 
C’est un roman qui se déroule sur plusieurs années, et à quatre voix : la veuve, la journaliste, l’enquêteur et la mère. Ainsi, l’histoire est vue à travers les points de vue des protagonistes, ce qui confère une réelle épaisseur à ce roman. Bien écrit, il se lit d’une traite : le suspense est à son comble ; Glenn a-t-il, oui ou non, enlevé cette petite fille ?
Le seul petit bémol que j’émettrais sur ce roman est que je m’attendais à une fin un peu plus spectaculaire. Mais, définitivement, Fiona Barton est une écrivaine à suivre.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s