« Deux gouttes d’eau » de Jacques Expert, paru chez Le livre de poche en juin 2016

Synopsis

« Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, massacrée à coups de hache. Elle s’appelle Élodie et son ami, Antoine Deloye, est identifié sur l’enregistrement d’une caméra de vidéosurveillance de la ville, sortant de chez elle, l’arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s’obstine à nier malgré les évidences. Il accuse son frère jumeau, Franck, d’avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d’eau… Le divisionnaire de la PJ en charge de l’enquête, Robert Laforge, un homme réputé pour sa compétence mais aussi son intransigeance et ses éclats incontrôlés, va devoir tirer au clair avec son équipe ce véritable casse-tête. Lequel des deux jumeaux ment, lequel est le bourreau, lequel la victime ? « 

 

N’ayant jamais lu de romans de Jacques Expert, c’est sans à priori que je lis ce roman à la quatrième de couverture alléchante, couronné par un prix des lecteurs.
Point de multiples suspects ou de chasse à l’homme, dès le début les policiers découvrent une vidéo compromettant le petit ami de la morte, Antoine Deloye. S’il ne s’agissait que de cela, ce roman fera quelques pages ; mais le fait est que le présumé meurtrier a un jumeau monozygote et qu’ils ont tous deux une maladie rare : ils n’ont aucune empreintes, qu’elles soient manuelles ou pédestrielles. Ayant le même ADN, et un passif compliqué – les jumeaux prenant un main plaisir à se faire passer l’un pour l’autre, que ce soit pour s’accuser mutuellement, ou se protéger. En bref, un vrai sac de noeuds qui met les nerfs du divisionnaire Laforgue à rude épreuve.
Le choix de narration est intéressant : nous alternons chapitres présents avec ceux de l’enfance des jumeaux. Ceci dit, je n’ai pas apprécié l’écriture, trop cavalière à mon sens. La fin m’a également laissé un goût amer…
Un roman sympathique, qui passe le temps, mais certes pas le polar de l’année.

13/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s