« Surtout ne mens pas » d’Elena Sender, paru chez Xo éditions en septembre 2015

Synopsis

« Elle est une violoncelliste virtuose. Il est un chercheur islandais de renom, spécialisé dans l’étude du cerveau. Laura et Erik vivent à Paris. Un couple uni, passionné, admiré.
Jusqu’à cette fête, pour les quarante ans d’Erik. Il est retrouvé inconscient, pendu à un fil barbelé. Suicide ? Tentative de meurtre ? Tout réussissait à Erik qui venait d’isoler une molécule révolutionnaire agissant sur le cerveau.
Pour Laura, le monde s’écroule. Quelles recherches menait précisément Erik ? Elle découvre qu’il avait d’étranges fréquentations. On la poursuit, on la traque dans les rues de Paris. Sa vie est en danger. Autour d’elle, des hommes sont abattus. Dans sa quête de vérité, elle se retrouve plongée dans un monde de terreur.
Avant de sombrer dans le coma, Erik avait laissé un texto à Laura :
« Plus possible de vivre dans le mensonge… « 

Laura et Erik forment un couple uni, heureux, accompli. Laura est une musicienne renommée, et Erick un chercheur spécialisé dans l’étude du cerveau. Lorsqu’il est retrouvé pendu lors de sa fête d’anniversaire, personne ne comprend, Laura la dernière, qui pensait connaître son mari par coeur. Celle-ci va être embarquée malgré elle dans une aventure dangereuse, où elle rencontrera des « body hackers », ces personnes qui cherchent à modifier leur corps en le fusionnant avec les nouvelles technologies, pour le rendre plus performant… En effet, Erik avait découvert une molécule qui pouvait améliorer les capacités mentales et physiques, et nombreuses sont les personnes à vouloir la récupérer…

C’est le premier roman d’Elena Sender, journaliste spécialisée dans les neurosciences écrivant dans le magazine « Sciences et avenir » que je lis, et c’est une bonne surprise. J’apprécie beaucoup les thrillers mêlant les sciences au suspense, comme le fait Thilliez, et Sender nous a concocté là un thriller réaliste et surtout, incroyablement happant. C’est quasiment d’une traite que j’ai lu ce roman, aux chapitres courts, un très bon page turner qui nous tient en haleine et nous surprend jusqu’à la dernière page. J’aurais peut-être un bémol à formuler concernant l’écriture, parfois un peu maladroite, et quelques scènes de sexe inutiles qui m’ont fait penser à un livre Harlequin. Sinon, rien à redire, Sender maîtrise son sujet, les rebondissement nous tiennent en haleine de bout en bout, une autrice à suivre !

17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s