« La femme qui décida de passer une année au lit » de Sue Townsend, paru chez 10/18 en avril 2014

Synopsis

« Le jour où ses jumeaux quittent la maison pour entrer à l’université, Eva se met au lit… et elle y reste. Depuis dix-sept ans que le train de la vie l’entraîne dans une course effrénée, elle a envie de hurler : « Stop ! Je veux descendre ! » Voilà enfin l’occasion… »

De cette autrice, j’avais lu un de ses romans pour adolescents « Le journal secret d’Adrien 13 ans 3/4 » et j’avais déjà été séduite par l’humour typiquement british de Sue Townsend. J’ai donc voulu tenter son livre pour adulte, dont la quatrième de couverture amorçait déjà une histoire loufoque – je n’ai pas été déçue !

Après avoir passé 17 ans à s’occuper de ses jumeaux surdoués, de sa maison, de son mari, Eva décide de prendre une étrange retraite : rester au lit et n’en sortir sous aucun prétexte. Son mari, égocentrique et quelque peu détestable, doit, comble de l’horreur, s’occuper des tâches ménagères et se faire à manger ! Entre sa femme qui « fait la grève » et sa maîtresse qui s’impatiente et qui veut devenir l’officielle Mme Bear, le docteur Bear passe un mauvais moment. Brian Junior et Brianne, les enfants, ne sont pas plus heureux de la lubie de leur mère ; quel égocentrisme ! La mère d’Eva, Ruby, n’est pas davantage enchantée : Eva devrait s’occuper de sa pauvre mère, 79 ans, qui, selon une diseuse de bonne aventure, devrait mourir avant ses 80 ans. Heureusement qu’Alexander est là pour remonter le moral d’Eva, cernée par sa famille, et qui commence à acquérir une certaine célébrité, les gens lui demandant toute sorte de conseils car la pensant envahie d’un pouvoir divin.

L’univers du roman est absolument délicieux et jubilatoire ; l’humour pince sans rire de l’autrice fait pouffer à chaque page. La galerie de personnages, tous différents, attachants, est l’un des points forts du récit. Brian, le mari pédant et égoïste, Brian Junior, le jumeau timide, Brianne, sa soeur asociale, Poppy, la mythomane invétérée, Alexander l’adorable ou encore Stanley, le rescapé de la guerre cynique… Une plume alerte, des piques humoristiques toutes les 5 lignes, font de ce livre une comédie burlesque et drôlissime, quand bien même le personnage central, Eva, montre des signes de dépression. Sa lassitude, associée à l’agacement de ses proches de la voir refuser absolument de se lever (ne serait-ce que jusqu’à la salle de bain !) confine à l’absurde, pour notre plus grand plaisir. Un roman distrayant qui ravira les amateurs d’humour anglais !

16/20

Publicités

Une réflexion sur “« La femme qui décida de passer une année au lit » de Sue Townsend, paru chez 10/18 en avril 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s