« Confession d’un gang de filles » de Joyce Carol Oates, paru aux éditions Le livre de poche en avril 2014

Synopsis

« Un quartier populaire d’une petite ville de l’État de New York, les années 1950. Cinq lycéennes, pour survivre et se venger de toutes les humiliations qu’elles ont subies, concluent un pacte, à la vie, à la mort : elles seront le gang Foxfire. « Foxfire » désigne les jolies filles, mais également le feu follet. La haine, et surtout celle des hommes, va les entraîner dans une impitoyable équipée sauvage. Après un séjour en maison de correction, legs, leur chef adulée, revient avec un rêve : pouvoir habiter, toutes ensemble, dans une ferme, et vivre selon leurs propres lois. »

Joyce Carol Oates est une autrice que j’apprécie beaucoup, prolifique, à la plume maîtrisée, quel que soit le sujet qu’elle aborde. Dans ce roman l’on atterrit dans une petit ville de classe populaire et Maddy nous relate ses années d’adolescente rebelle et révoltée où elle rejoint un gang de jeunes filles mené par Margaret, dite Legs, la plus frondeuse et rebelle de toutes.

Elles sont vite rejointes par d’autres filles qui n’en peuvent plus d’être constamment humiliées, rabaissées, notamment par des jeunes hommes. Car si Foxfire, le nom qu’elles se sont choisi, est le premier gang de filles, il y a par contre pas mal de gangs de garçons qui n’hésitent pas à dépasser les lignes. Rita est une jolie rousse qui attire les jeunes hommes mal intentionnés, Goldie est la brute ; le gang commence à s’organiser pour se venger des violences qu’elles subissent de la part des hommes. Mais Legs va aller trop loin en empruntant une voiture et va passer environ un an dans une maison de redressement. A sa sortie, loin d’être fini, Foxfire va continuer, s’enrichir de nouvelles membres, s’installer dans une maison et voler pour subvenir à leurs besoins, jusqu’à ce que Legs aille trop loin…

L’écrivaine arrive totalement à se mettre dans la peau de Maddy, une adolescente timide, intelligente, qui se laisse emporter par l’entrain, la rage et l’énergie de Legs, surnommée ainsi car elle ne cesse de courir. Elle est une vraie leadeuse, un personnage très intéressant, rebelle, surtout dans une époque où les filles n’ont que peu de droits, de choix. Eprises de liberté, on s’attache à elles, et même si elles n’ont que faire des lois, on ne peut qu’adhérer à leurs combats. Féministes avant l’heure et même sans le savoir, ces jeunes filles représentent l’adolescence, ses folies, son énergie.

Un beau roman sur l’adolescence, la sororité et la liberté.

16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s