« Fétiches » de Mo Hayder, édité chez Pocket en janvier 2015

Synopsis

« Les patients de l’établissement psychiatrique de haute sécurité Beechway sont très sensibles à la suggestion. Une hallucination peut se répandre tel un virus. Aussi, lorsque plusieurs malades se donnent la mort après s’être atrocement mutilés, le fantôme de « la Maude » ressurgit. Selon la légende, à l’époque où Amberly était une maison de redressement, une surveillante sadique surnommée Sœur Maude terrorisait les pensionnaires. Son spectre n’aurait depuis cessé de hanter les lieux, et aurait fait au fil des années de nombreuses victimes. Soucieux de protéger ses patients mais aussi de mettre fin à l’hystérie collective qui gagne même son équipe, AJ, infirmier en chef, décide de faire appel au commissaire Jack Caffery. »

Cette chronique concerne encore une autrice que j’affectionne particulièrement et ce, dès son premier roman ; Mo Hayder, souvent comparée à Thomas Harris de par la violence de ses écrits et les morts particulièrement atroces qu’elle dépeint. A déconseiller donc aux âmes sensibles !

On retrouve dans ce neuvième opus ses personnages récurrents, l’inspecteur froid et pugnace Jack Caffery et la sergent spécialisée en recherche sous-marine Flea Marley. Caffery doit gérer la disparition d’une starlette – une affaire étroitement liée avec sa collègue et amie Flea – et des morts inexpliquées dans un établissement psychiatrique. Les patients influençables croient en la présence d’un fantôme, tandis que l’infirmier AJ et la directrice Mélanie songent plutôt à l’oeuvre d’un patient particulièrement dérangé et sournois. Comme à son habitude, Mo Hayder nous plonge dans une atmosphère sombre, glauque et angoissante ; et là, coincé entre les murs d’un établissement psychiatrique de haute sécurité, avec des patients au passé trouble, l’on ne peut que frissonner et se demander qui, ou quoi, se cache derrière tout cela…

Construit différemment de ses autres livres – les chapitres sont courts, les personnages, nombreux, les pistes et les intrigues s’entremêlent – l’on peut soit s’ennuyer, soit, au contraire, être totalement happé-e par ce qui semble être au début, une belle pagaille. C’est ce qui m’est arrivé, et c’est d’une traite que j’ai lu ce thriller, non seulement mené d’une main de maître, mais au rebondissement final très surprenant. Si vous ne connaissez pas Mo Hayder, que vous aimez les bons thrillers mélangeant suspense et gore, je vous invite vivement à la découvrir, en commençant par « Tokyo » ou « Pig Island ».

17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s